AFAFI-Centre - Phase 2

  • Financé par l'Union Européenne dans le cadre du 11ème Fonds Européen de Développement (FED) pour un budget de €12 millions, le Programme AFAFI-Centre Phase 1 intervient dans les régions Analamanga, Itasy et Alaotra Mangoro pour une durée de 5 ans depuis fin 2020 et jusque mi-2025. Le Programme vise l’amélioration durable des revenus des ménages ruraux et de leur sécurité alimentaire et nutritionnelle, en particulier celle des femmes et des enfants, et la préservation de l’environnement naturel. La mise en œuvre de la phase 1 du Programme est déclinée en 5 projets qui sont Ambioka, Ampiana 2, Diabe, ProfiLait et Tafita.

    En septembre 2022, le Programme AFAFI-Centre a reçu de l’Union européenne un financement additionnel de 8,15 millions d’Euros dont l’objectif est de soutenir une production alimentaire durable et des systèmes alimentaires résilients (« sustainable food production and resilient food systems ») ; ce qui a donné lieu à la mise en oeuvre d’une 2ème phase au Programme. La conception d’AFAFI Centre – phase 2 tire les leçons de la 1ère phase et prend en compte les dynamiques initiées, les opportunités de développement créées et intègre les défis nouvellement identifiés. Le programme AFAFI centre phase 2 va travailler dans 178 communes dans 5 régions dont Analamanga, Itasy, Bongolava, Vakinankaratra et Alaotra Mangoro.

    Ainsi, le programme AFAFI-Centre Phase 2 (2024 – 2028) - sous maitrise d'ouvrage de la DUEM - s’inscrit dans la continuité de la phase en cours. Il cherche à consolider, pérenniser et à mettre à l’échelle les acquis de la phase 1 en cours, notamment les actions engagées en lien avec l’agriculture durable, la production et les systèmes alimentaires résilients, la nutrition, l’approvisionnement durable en bois énergie, etc. La mise en œuvre de la phase 2 du Programme est déclinée en 4 projets qui sont Ambioka 2, Ampiana 3, Diabe 2 et ProfiLait +.

  • Objectif général : 

    Améliorer durablement les revenus des ménages ruraux et de leur sécurité alimentaire et nutritionnelle, en particulier celle des ménages vulnérables, des femmes et des enfants, et la préservation de l’environnement naturel.

    La Phase 2 du programme vise à consolider les actions engagées par le Programme en lien avec l’agriculture durable et des systèmes alimentaires résilients, la nutrition.

    Objectifs spécifiques : 

    OS1 : Intensifier et diversifier de façon durable et inclusive la production des filières cibles

    OS2 : Renforcer la commercialisation des produits respectueux des normes agroécologiques, qualité, hygiène standard, produits riches en nutriments

  • C1 : Intensification et diversification durable et inclusive de la production de filières cibles : 

    • Augmentation de la production et de la qualité du lait, de fruits et de légumes (maraîchage et arboriculture), de poulets gasy (aviculture), de poissons issus de systèmes rizipiscicoles
    • Augmentation durable de la production et de la productivité en bois énergie
    • Amélioration de la pratique nutritionnelle des ménages au bénéfice des femmes et des enfants (à travers notamment une plus grande diversité alimentaire via la diversification agricole).

    C2 : Renforcement de la commercialisation des produits respectueux des normes agroécologiques, qualité, hygiène standard et favorisation l’accessibilité en consommation des produits riches en nutriment

    • Développement des chaines de valeur (CDV), à travers la structuration des producteurs (OP et Unions d’OP), autour de fonctions collectives de conseil, d’accès aux intrants et de négociation au sein des filières en termes de capacités d’offres.
    • Promotion des produits labellisés, amélioration de l’accès aux marchés à travers la conception d’ensemble et la mise en place de dispositifs, cahier des charges, systèmes de contrôle, et recours (SPG maraîchage, charbon vert/TAC, etc.), actions de visibilité pour les consommateurs (y compris à travers des dispositifs de vente spécifiques, gérés par les OP). Des liens avec le secteur agroindustriel seront établis pour explorer les possibilités de partenariats pour accroître les débouchés.
    • Volet nutrition : améliorer les techniques de transformation, de stockage et de conservation pour des pestes post récoltes diminuées, une consommation d’aliments nutritifs mieux échelonnée sur le courant de l’année pour une résilience accrue notamment durant les périodes de soudure, simplifier les tâches des femmes et leur permettre de consacrer davantage de temps à la préparation de repas plus équilibrés, et enfin d’accroître leurs capacités d’accès aux marchés, y compris pour les plus vulnérables.

En haut